Comment devenir Expert-Comptable / Experte-Comptable ?

Le métier de Expert-Comptable / Experte-Comptable fait partie des métiers “Banque – Assurances”.

Définition – Qu’est-ce qu’un Expert-Comptable / Experte-Comptable ?

Toute entreprise doit avoir une comptabilité juste et sincère. Cela intéresse les services fiscaux, les actionnaires et les banquiers qui souhaitent évaluer l’état de santé des entreprises. Chaque année, l’expert-comptable vérifie la régularité des comptes des entreprises qu’il a en charge. Il établit ou fiabilise la comptabilité de ses clients (artisans, commerçants, professions libérales, petites ou grandes entreprises, associations). Il les conseille également sur leur développement économique, leur fiscalité, les systèmes de gestion informatisés adaptés. Chaque année, il arrête les bilans financiers de ses clients mais ses missions peuvent varier selon les entreprises : taille et type d’activité notamment. Aimer analyser les chiffres et être rigoureux ne suffit pas. Le relationnel est au cœur du métier. En effet, l’expert-comptable est souvent le conseiller privilégié du chef d’entreprise en matière de gestion, de fiscalité, d’organisation, de droit social.

C’est un professionnel de contact qui exerce à titre libéral, en cabinet d’expertise ou avec des associés. On le rencontre également en entreprise sur des postes de cadre financier.

Quel niveau d’étude pour devenir Expert-Comptable / Experte-Comptable ?

Si vous souhaitez devenir Expert-Comptable / Experte-Comptable, vous devrez très certainement disposer d’un niveau d’étude équivalent à

Le salaire d’un Expert-Comptable / Experte-Comptable ?

En début de carrière, un Expert-Comptable / Experte-Comptable peut espérer gagner un salaire mensuel brut de 3,403€
Ce qui correspond environ à 2,722€ net par mois.

 

La comptabilité expliquée simplement

Qu’est-ce que la comptabilité exactement ? Selon un cabinet expert comptable Toulouse, “la comptabilité est un département d’une entreprise. Le département, composé d’un ou plusieurs comptables, s’occupe de la comptabilité. Il décrit donc l’activité réelle et la méthodologie qui la sous-tend.”

Les deux termes comptabilité et tenue de livres sont souvent utilisés comme synonymes dans la vie quotidienne, ce qui n’est pas tout à fait exact. La comptabilité analyse et documente toutes les transactions commerciales qui ont lieu dans une entreprise, c’est-à-dire toutes les transactions qui affectent les actifs de l’entreprise. Cela comprend, par exemple, les revenus, les achats de matériel, l’amortissement, les prêts ou les coûts salariaux.

Qui est responsable et qui ne l’est pas ?

En principe, chaque entrepreneur, petit entrepreneur et travailleur indépendant doit déterminer ses bénéfices. Toutefois, il existe deux procédures différentes :

Le compte de résultat est une forme plus simple de calcul du bénéfice. Il est réservé aux free-lances, aux artisans à faibles revenus et aux entreprises agricoles. En 2005, le ministère fédéral des Finances a introduit un formulaire qui définit la structure du compte de résultat. Cette forme de comptabilité est beaucoup plus simple que la comptabilité en partie double.

La comptabilité en partie double (aussi appelée comptabilité en partie double) est divisée en deux comptes, débit et crédit. Elle doit être effectuée par tous les commerçants qui gagnent un salaire plus élevé afin de déterminer les bénéfices. Toutes les opérations commerciales et les pièces correspondantes sont saisies ici et comptabilisées sur des comptes différents. Les comptes individuels sont à leur tour subordonnés aux livres. La comptabilité en partie double distingue le grand livre, le registre foncier (également appelé journal) et un ou plusieurs livres auxiliaires. Pour une comptabilité sans erreur et ordonnée, il faut adhérer au GoB, les principes de la comptabilité ordonnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *